Mangeriez-vous des déchets radioactifs ?

2015年8月12日 § Poster un commentaire

La Corée du Sud interdit les importations des produits de la pêche venant du Japon

  La Corée du Sud a interdit les importations sur les produits de la pêche venant de 8 provinces du Japon. Face à cette décision, le gouvernement japonais a exigé le retrait de l’interdiction, avançant le fait « qu’elle n’est basée sur aucun fondement scientifique ». En réponse à cet argument, la Corée du Sud a envoyé en décembre 2014 une commission d’enquête au Japon, afin d’examiner le bien-fondé de la mesure.

  Cette commission d’enquête composée de physiciens nucléaires et de groupes de consommateurs a visité le marché au gros de Chiba, le marché aux poissons de Fukushima, a écouté les explications du Ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, avant d’écouter l’autre version des faits au Japan Offspring Fund (JOF). Le lendemain de leur retour en Corée du Sud, les journaux japonais titraient « la Corée du Sud ne lève pas l’interdiction d’importation sur les produits de la mer ». Par la suite, la Corée du Sud a envoyé une nouvelle commission d’enquête en janvier, mais cela n’a pas conduit au retrait de la décision.

La Corée du Sud toujours à 370 Becquerels

  Après la catastrophe de Tchernobyl, la Corée du Sud et le Japon ont décidé de fixer le taux maximum légal de radioactivité (Césium 134 et 137) à 370 Becquerels (Bq) par kilogramme de nourriture. Cependant, le Japon a baissé ce seuil à 100 Bq en avril 2014. Le Japon déclarant ne pas mettre sur le marché de poissons dont le taux de radioactivité dépasse les 100 Bq, il est en effet injustifié pour la Corée du Sud de refuser sans aucune raison les exportations japonaises alors que le taux légal en Corée du Sud est toujours fixé à 370 Bq. Il est ainsi naturel que le gouvernement japonais demande la suppression de l’interdiction.

  Néanmoins, étant donné que nous avons découvert et démontré que la présence dans la nourriture de seulement 1,1 Bq/kg pouvait entraîner des effets nocifs sur le corps, nous JOF, demandons un taux légal à 1 Bq et par conséquent, avons décidé de supporter la décision d’interdiction d’importation afin de protéger la population coréenne et à terme, la population japonaise.

Un taux de radioactivité digne de déchets radioactifs

  La norme japonaise veut qu’un objet dépassant les 100 Bq (Césium 134 et 137) soit considéré comme déchet radioactif. Le gouvernement japonais ayant fixé le taux légal de radioactivité dans la nourriture à 100 Bq/kg maximum (Césium 134 et 137), les japonais sont dispensés de peu de manger des déchets radioactifs.

  Mais les Coréens pêchent dans l’Océan Pacifique juste aux abords de la centrale de Fukushima, et autorisent la commercialisation de produits d’une radioactivité allant jusqu’à 370 Bq. Cela revient à dire qu’ils sont en train de manger des poissons aussi dangereux que des déchets nucléaires. La limite déterminée par le Codex Alimentarius est de 1000 Bq. Ils autorisent ainsi la consommation de produits 10 fois plus radioactifs que des déchets radioactifs.

  Si le gouvernement coréen demandait au Codex Alimentarius de modifier ses critères, leur interdiction d’importation serait alors justifiée et il serait alors en position de protéger la population. Nous avons soumis l’idée à la commission d’enquête, mais cela est-il seulement envisageable pour un pays supportant l’énergie nucléaire comme la Corée du Sud ?

  Le 21 mai 2015, le gouvernement japonais a déposé une plainte auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce contre la politique coréenne d’importation des produits maritimes. Les activités du JOF ont porté leurs fruits et le gouvernement coréen n’a pas cédé devant la pression exercée par le gouvernement japonais, poussant ce dernier à déposer plainte devant l’OMC.

  Fukushima est actuellement en train d’examiner comment résoudre le problème, mais en ce moment même, 300 tonnes d’eau utilisées pour couvrir le réacteur nucléaire qui a fondu s’écoulent dans la mer chaque jour. Tant que rien n’est fait pour arrêter cela, il est hors de question de parler de la sûreté des poissons pêchés dans l’Océan pacifique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Mangeriez-vous des déchets radioactifs ? à Japan Offspring Fund Fr.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :