Les effets des radiations sur les générations futures sont plus que préoccupants

2015年8月12日 § Poster un commentaire

La situation à Fukushima perçue par le plus éminent chercheur fondamentaliste au monde.

  Taisei Nomura, professeur émérite à l’Université d’Osaka, est l’auteur de recherches à ce jour  inégalées sur les cancers et tératogenèses provoqués par des rayons radioactifs sur une seconde génération de souris. Il est actuellement considéré comme le chercheur fondamentaliste le plus éminent dans le domaine des mutations génétiques dues aux rayons radioactifs. S’il était connu qu’exposer des souris à des rayons radioactifs provoquait l’apparition de cancers chez celles-ci, c’est le professeur Nomura qui a démontré pour la première fois dans les années 1970 que le cancer  traversait les générations et que les probabilités d’attraper le cancer étaient proportionnelles à l’intensité des radiations.

Les lésions provoquées par une double irradiation

  Les recherches du professeur Nomura apportent des éléments que l’on ne peut négliger quand on analyse la situation à Fukushima.

  Lorsque des souris sont exposées à des rayons radioactifs, non seulement ces souris mais également leur progéniture et la génération suivante développent des leucémies, cancers du poumon et cancers du foie. Si les nouveaux-nés, naissant avant même que leurs parents ne contractent de maladies, sont de nouveau exposés à des rayons radioactifs ou à des produits chimiques, les effets résultants se retrouvent multipliés exponentiellement.

  Ces résultats transposés à l’être humain impliquent qu’après une exposition à des rayons radioactifs de faible intensité, il y a d’autant plus de risques de développer le cancer s’il y a ingestion d’aliments irradiés ou contenant des produits chimiques. Si une personne irradiée suite à une catastrophe nucléaire devait continuer de consommer des produits irradiés, le risque qu’elle développe un cancer dans les 10 à 15 prochaines années est multiplié par ce phénomène de « double irradiation ».

Pourquoi la prédisposition au cancer est-elle héréditaire ?

  Il existe trois raisons pour lesquelles les enfants nés de parents irradiés sont susceptibles de développer le cancer. L’augmentation du risque de développer le cancer chez les souris utilisées lors de l’expérience est due à la mutation d’un ou plusieurs des nombreux gènes liés au système immunitaire ou assurant le bon fonctionnement métabolique, provocant ainsi une baisse du système immunitaire ou encore la baisse de leur pouvoir de récupération.

  En Russie, dans les régions irradiées par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, on assiste à de nombreux cas d’enfants de soldats, pompiers, ou habitants locaux développant des maladies, reproduisant ainsi le résultat des expériences réalisées sur les souris. Le fait que ces maladies soient plus présentes chez les enfants des habitants locaux que chez les enfants de soldats démontre que cela est lié au phénomène de radiation interne, par absorption de produits irradiés.

  Étant donné que le nombre de personnes habitant près de Fukushima est beaucoup plus important que celui des personnes vivant près de Tchernobyl, on ne peut que s’inquiéter de l’impact de ces radiations sur la population.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Les effets des radiations sur les générations futures sont plus que préoccupants à Japan Offspring Fund Fr.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :